Manipulteur / Pervers Narcissique

Comment les reconnaitre ? Comment s'en protèger ? Comment s'en relever ?
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 QUI L'ATTIRE ? QUI LE FAIT FUIR ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: QUI L'ATTIRE ? QUI LE FAIT FUIR ?   Ven 27 Nov - 15:03

Qui l'attire, qui le fait fuire ?

Interessons nous d'abord aux gens que le pervers narcissique évite:

-les personnes qui ont une estime d'elles-mêmes assez bonne et surtout stable

-Les personnes qui sont très centrées sur elles-mêmes, s'occupent d'abord d'elles

-Les gens qui se sentent bien dans leur peau, et s'acceptent tels qu'ils sont

-Les personnes qui sont sereines et font preuve de beaucoup de sang froid.

-Les personnes très clairvoyantes et lucides

En effet, ces personnes non seulement ne peuvent fournir cette nourriture narcissique tant recherchée par notre pervers narcissique mais en plus ne jouent pas son jeu. Il lira dans leurs yeux qu'ils ne sont pas dupes et qu'il a été démasqué. Pire encore, il verra dans leur regard un certain mépris voir de l'indifférence. Blessure dès plus profonde ! il ne se sentira pas reconnu mais au contraire ignoré voir moqué. il fera donc tout son possible pour les éviter. Il ne peut entrer en compétition avec eux et la comparaison avec ces êtres simplement épanouis lui est insupportable.

Le pervers narcissique recherche la compagnie de gens qu'il peut instrumentaliser:

-les personnes qui ont une faille, blessure,un traumatisme

-les personnes chaleureuses, spontannées et aimantes, qui ont besoin de donner

-Les personnes qui ont des valeurs humaines, morales ou sprituelles qui puissent lui influer la vie

-Des personnes ( parfois d'autres pervers) qu'il envie, jalouse ou admire, par convoitise

-Les personnes qui doutent de leur valeur, sont dans la comparaison et admirent facilement les autres

Il repère tout de suite la capacité à donner, à céder et à se laisser dominer chez sa victime. Naiveté et besoin de trop donner pour pouvoir exister conduisent la proie à idéaliser cette personne et à l'admirer à tord.

Comme lui, la victime s'est construite sur un manque mais au lieu d'en souffrir, le pervers à choisi de bloquer toute émotion et de charger sa victime de lui fournir tout ce dont il manque ( générosité, joie de vivre, amour/admiration, reconnaissance etc...)

Un être qui s'est construit favorablement ne cède pas facilement aux autres, il s'aime avant tout et donc les remarques négatives ont peu de prises sur lui. Le mode de fonctionnement d'une victime potentielle ( individu qui n'a pas pu se construire ) est de donner mal et trop pour se faire aimer, accepter ou pardonner de ne pas être parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manipulateur-pervers.forumdediscussions.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: QUI L'ATTIRE ? QUI LE FAIT FUIR ?   Ven 27 Nov - 16:47

Le profil des victimes

Elles sont dotées des qualités que le pervers précisément convoite : douées et cherchant toujours à donner le meilleur d'elles-mêmes, elles sont séduisantes. Vives et extraverties, elles aiment parler de leurs réussites et exprimer leurs joies. Etant profondément généreuses, elles ne peuvent se résoudre à admettre la perversité de leur bourreau et s'appliquent à lui trouver des excuses. Toujours prêtes à se sentir responsables, voire coupables, acceptant facilement la critique, elles s'épuisent à donner au pervers une impossible satisfaction.

Elles introjectent la culpabilité : « Tout est de ma faute ! », ce qui permet au pervers narcissique une projection hors de soi-même en rejetant la culpabilité sur l'autre : « C'est de sa faute ! » (cf. Marie-France Hirogoyen, « Le Harcèlement Moral », p. 112).

Le pervers recherche souvent une personnalité maternelle, aimante, dévouée, parce qu'il a besoin d’être aimé, admiré - même et surtout s'il est lui-même incapable d’aimer -, d’avoir quelqu'un entièrement à son service. Mais l'attirance qu'il ressent pour elles n'exclut pas la haine.

Il prend le plus souvent ses victimes parmi des personnes pleines d'énergie et d'amour de la vie, pour les vampiriser et les « dévitaliser ». Il choisit de préférence des personnes honnêtes, sincères, gentilles, qui cherchent vraiment à consoler et à réparer, mais aussi naïves, sans trop d’esprit critique, voire fragiles, afin de les amener plus facilement et plus rapidement à accepter une relation de dépendance.

La victime recherche souvent de son côté une personne forte et charismatique qui la rassure, et c’est là justement l'image que le pervers veut donner de lui.

Les victimes désignées sont celles qui ont besoin d’un but valorisant pour exister - visiteuse de prison, bénévoles d’ONG… -, qui veulent agir pour le bien, et aiment à s’occuper des « chiens perdus sans collier ». Elles tomberont aisément sous l'emprise des pervers dans lesquels elles verront, souvent à tort, une personne fragile, un enfant à protéger.

Le pervers vit et se nourrit de l’espoir que la victime place, naïvement ou désespérément, en lui ou en quelque chose qu'il lui fait miroiter en permanence par des promesses fallacieuses. Cet espoir, pour la victime harcelée, est de « guérir » le harceleur et c'est cette illusion qui la fait rester dans la relation, et continuer à subir les attaques qui la détruisent sans réussir à la « décrocher » pour autant.

On s'étonne souvent que, malgré l’évidence des preuves, les victimes ne quittent pas leur bourreau. Mais c'est qu'en elles se mêlent aussi fierté, aveuglement, entêtement, dissonance cognitive, refus de la réalité. Car admettre la réalité serait trop douloureux, trop insupportable, quand l’investissement affectif dans le conjoint ou le partenaire a été l'objet a pris tant de place dans leur vie. Elles auraient trop à perdre à y renoncer, à commencer par leurs illusions.

Il y a souvent chez elles un amour fier, fanatique et aveugle (voire délirant), pour le compagnon ou l'enfant pervers. Par orgueil elles ne veulent pas se reconnaître comme victime, car elles espèrent toujours contrôler la situation. Du moins le pervers le leur laisse-t-il croire, alors que c’est toujours lui le vrai marionnettiste qui sait tirer les bonnes ficelles.

Pour certains psychanalystes les victimes d'une agression perverse sont secrètement complices de leur bourreau en instaurant ou favorisant une relation sadomasochiste, source de jouissance pour le pervers qu'elles espèrent ainsi contenter, pour mieux se faire accepter par lui. On est alors dans une relation psychopathologique.

Certaines victimes semblent souffrir au départ d’un manque de confiance en soi pathologique qui leur fait accepter aisément toute forme de soumission. Mais la plupart des victimes ne sont pas nécessairement masochistes : ce qui différencie les victimes de pervers des masochistes, c'est que lorsque, au prix d'un immense effort, elles parviennent à se séparer de leur bourreau, elles ressentent une immense libération, parce que la souffrance en tant que telle ne les intéresse pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manipulateur-pervers.forumdediscussions.com
 
QUI L'ATTIRE ? QUI LE FAIT FUIR ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le maire fait fuir ses cambrioleurs
» Peut-on fuir la vérité ?
» Le mari de ma meilleur amie m'a fait un aveu le mois dernier....
» Ma puce ne fait pipi que dans sa couche
» j'ai fait un chapeau !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manipulteur / Pervers Narcissique :: PERVERSION :: FONCTIONNEMENT DU PERVERS NARCISSIQUE-
Sauter vers: